top of page

Quand balade se lit ballade...


L'aisance de plume de Michèle nous surprendra toujours.

Création poétique inspirée par une randonnée récemment organisée dans les collines de Charleval.


« Les collines de Charleval » 20 09 2022


Dés la première grimpette sur la colline

On aperçoit le Luberon à l’horizon

Qui s’étale de tout son long,


Barrant la vallée où s’alignent

Des prés parsemés de rares fermes,

Des routes, le canal de l’eau précieuse.


Puis les collines nous avalent

Au milieu des cistes, des chênes verts

Des romarins et des genévriers.


Avançant par la sente caillouteuse

L’horizon se ferme

Sur la rondeur des collines.


Les grappes de fruits roses et oranges

Des pistachiers térébinthes parsèment

Les buissons de taches de couleurs.


Les voix s’élèvent à la pause

Et retombent dans les pentes

Qu’elle soit côte ou descente.


Dans une petite forêt de pins

L’odeur de résine remplace

Celle des menthes que l’on froisse.


Une chute appelle des pansements

Et après le pique nique en commun

La blessée rentre au foyer se reposer.


A l’échappée du vallon sur la crête

Au Lubéron s’ajoutent les Alpilles

Qui encadrent la vallée en contrebas.


La chaleur douce et la brise légère

Se conjuguent

En un temps délicieux


Puis le serpent des randonneurs

S’étire sur les caillasses du sentier

Qui bientôt dévale dans le maquis.


Les pistes larges et tranquilles

Signent les retrouvailles

Avec la plaine et les automobiles.


Michèle Magri

126 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page